Lancement des activités de l’Association Fondation Missionnaire au Niger (AFM-N) : Soutenir la population à travers des actions de développement

Le Secrétaire Général de la région de Niamey, M. Zourkaleini Boureima Maïga a procédé, le 7 Août dernier à Niamey, au lancement officiel des activités de l’Association Fondation Missionnaire au Niger (AFM-N). A l’instar des autres associations des autres pays de la sous-région (Burkina Faso, Côte-d’Ivoire, Ghana, Sénégal, Nigéria, Tchad, Togo etc.), l’AFM Niger a un objectif principal de contribuer à édifier «une société juste et transformée par l’amour divin, pratiqué par les hommes dans le monde en général et au Niger en particulier ».

En lançant les activités de cette association, le   Secrétaire général de la région de la Niamey, a dit que sa région accueille avec fierté la naissance de cette association de religieux qui, de par ses objectifs, vise le bien être des laborieuses populations. S’adressant aux membres de cette association, M. Zourkaleini Boureima Maïga a dit ceci « vos objectifs tels que la cohabitation pacifique entre les confessions religieuses, l’assistance aux couches vulnérables et la lutte contre la pauvreté ainsi que les équipements sociaux de base cadrent parfaitement avec les priorités de nos autorités ». Selon M. Zourkaleini Boureima Maïga, la région de Niamey dispose, dans le cadre de la cohabitation pacifique, dispose d’un cadre dynamique de concertation à savoir le Comité de Dialogue Inter et intra religieux (CDIR). «Votre association viendra renforcer les acquis de ce cadre », a-t-il estimé.

Auparavant, le Directeur Afrique de l’Union des Missions, M. Joseph Ciringa Balekage a expliqué que ce programme de réforme et de consolidation des entités religieuses dans des aspects sociaux initié par l’Association Fondation Missionnaire Niger a pour objectif de travailler sur l’élévation des niveaux de conscience des populations sur les thématiques de changement de mentalités, à offrir un appui socio-économique pour réduire le niveau de pauvreté des populations et contribuer à la réhabilitation des infrastructures sociales. « En plus, des actions d’urgences réalisées en faveur de la population, nous avons développé un programme national d’où nous avons 12 bases pour générer ce projet et un bureau national à Niamey. Ils bénéficient d’un financement et de formation de la part de l’Union des missions (UM) pour son personnel appelé Missionnaires réformateurs », a-t-il déclaré précisant que ce mouvement est présent dans 28 pays regroupés en régions et sous régions.

D’après le directeur Afrique de l’Union des Missions, ce programme dans sa phase initiale d’identification et d’évaluation devra se pencher sur des actions comme celles visant à relever le niveau de conscience de près de 20 millions de personnes. Il s’agit dit-il « de réduire les méfiances entre les entités religieuses, de mettre en place des règles déontologiques professionnelles et codes sociaux pour le changement de mentalités, la construction de 304 infrastructures dont les écoles, des centres de santé, des mosquées, des églises, des forages ; la distribution des instants agricoles ; la fourniture des vivres ; la sécurisation des semences, la formation de 5 000 réformateurs sociaux», a-t-il annoncé. D’après M. Joseph, ce programme doit créer 5 000 emplois directs au Niger et accompagner des structures de la société civile dans quelques projets de développement. « Pour réaliser ces activités, un financement de 32 millions d’euros sera accordé par UM en faveur de la population identifiée dans le cadre de ce projet sous la gestion de l’Association fondation missionnaires Niger», a annoncé le Directeur Afrique de l’Union des Missions.

Abondant dans le même sens, l’Administrateur National AFM-Niger, M. Issoufou Dan Nana a souligné que cette association appuie la population sans aucune discrimination aucune, avec un objectif conçu sur quatre axes. Il a cité notamment le Programme d’Appui à la Réhabilitation des Infrastructures Sociales (PARIS), le Programme d’Appui à la Réinsertion des familles des Leaders Religieux (PARFP), le Programme d’Appui au Renforcement des Capacités des Missionnaires (PARCM) et l’UM crédits permettant d’apporter un appui aux femmes en vue de mener des activités génératrices des revenus. M. Issoufou Dan Nana a enfin souligné que leur association est autorisée à exercer ses activités suivant l’arrêté N°00349/MISPD/ ACR/DGAPJ du 05 avril 2019 publié au Journal Officiel N°8 du 15 Avril 2019.

Mamane Abdoulaye

05 septembre 2019
Source :http://www.lesahel.org/

Imprimer E-mail

Société