Expositions et ventes des produits locaux naturels : Faire découvrir la diversité de produits locaux et les initiatives des femmes nigériennes

Expositions et ventes des produits locaux naturels : Faire découvrir la diversité de produits locaux et les initiatives des femmes nigériennesDans le cadre de son programme politique, le Président de la République Issoufou Mahamadou a initié l’Initiative 3N (Les Nigériens Nourrissent les Nigériens). Plusieurs composantes sont au programme dont la diversification, la promotion et la compétitivité des productions locales.

L’initiative 3 N, est donc un crédo, une volonté et un engagement politiques du président Issoufou Mahamadou, pour mettre les Nigériens à l’abri de la famine et de la soif. Elle est constituée d’un programme d’investissement qui permettra au Niger d’atteindre les Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD). Ce programme intègre les dispositions de la stratégie de réduction de la pauvreté afin de garantir les conditions d’une pleine participation des populations à la production nationale et à l’amélioration de leur revenu. La mise en œuvre de cet ambitieux programme est confiée au Haut-Commissariat à l’Initiative 3 N, dirigé par M. Ali Béty. Plusieurs activités sont mises en œuvre, en témoigne cette exposition vente de divers produits locaux qui a été organisée, le 19 janvier dernier, à la devanture du siège national du Haut-Commissariat à l’I 3N.

A cette occasion, plusieurs produits locaux transformés par les femmes nigériennes ont ainsi été présentés et vendus au public. Le célèbre académicien, écrivain, documentariste et spécialiste des matières premières, Eric Orsenna, accompagné du Haut Commissaire à l’Initiative 3 N, M. Ali Béty et leurs collaborateurs respectifs ont visité, de fond en comble ladite exposition. « A travers cette foire momentanée, je peux mesurer, à la fois les difficultés, les potentialités ainsi que les retards qu’il y eu à certains moments ainsi que les progrès », a confié M. Orsenna. Encore faut-il, selon lui, avoir la volonté de tout mettre en œuvre. « Ce programme lancé par le Président de la République, dénommé I 3N, que personnellement j’écourterais en parlant de 2 F (la Fin de la Faim) même s’il est ambitieux, n’est pas impossible, ni irréalisable. En effet, avec toutes les potentialités que j’ai vues, on peut effectivement faire du Niger, non pas seulement un pays qui mange à sa faim mais un pays qui nourrit l’Afrique. Donc ça pourrait bien être aussi Les Nigériens Nourrissent l’Afrique (NNA) », a ajouté M. Orsenna.

Selon lui, « on a une vision totalement fausse de la nourriture. On croit qu’il n’y a que du mil, du sorgho, du niébé, du maïs et du blé, alors c’est infiniment divers. On sait que le Niger est riche et beaucoup plus riche qu’on ne le croit. Il suffit simplement de donner, dans chaque détails de la production, de la nature et dans chaque personne toute sa chance. Cette exposition nous montre la richesse de la production, de la nature et de la personne nigérienne », a-t-il estimé. « Nous voyons ici des femmes joyeuses car elles décident de leur vie ; elles ont la possibilité de créer, de vendre et de s’autonomiser », s’est-il réjoui. Pour Mme Orsenna, nutritionniste de carrière, ces produits sont naturels, nutritifs et complets. « Normalement il devait pas avoir de carence alimentaire au Niger », ajoute-t-elle.

Quant à M. Béty, il estime que cette foire est un motif de satisfaction non seulement pour la diversité mais aussi pour la qualité des produits, sans oublier la mobilisation instantanément faite autour de cette activité. « Ces femmes ont mis du cœur, de la disponibilité et de la conviction pour nous mettre sur le marché, divers produits locaux, transformés et de qualité », a-t-il indiqué. « De voir ces jeunes femmes entrepreneurs dans les domaines agricoles et d’élevage, c’est une fierté pour le Niger », précise-t-il. « Dans le cadre de l’I3N, nous avons mis en place un outil, qui est le Fonds d’Investissement pour la Sécurité Alimentaire et nutritionnelle, dont justement la vocation est de financer des initiatives de ce genre portées par des femmes, des producteurs, des jeunes qui veulent devenir des entrepreneurs agricoles, qui veulent créer des emplois et qui veulent donner plus de valeur ajoutées à nos différents produits locaux », annonce-t-il.

Vivement que ces genres d’expositions-ventes des produits locaux naturels, se poursuivent au-delà de la capitale et de manière de plus en plus régulière.

Mahamadou Diallo(onep)

22 janvier 2019
Source : http://lesahel.org/

Imprimer E-mail

Société