8ème Edition des Journées des communes du Niger couplée avec l’Assemblée générale : SE Brigi Rafini réaffirme l’engagement du gouvernement à concretiser le transfert des compétences aux collectivités territoriales

8ème Edition des Journées des communes du Niger couplée avec l’Assemblée générale : SE Brigi Rafini réaffirme l’engagement du gouvernement à concretiser le transfert des compétences aux collectivités territorialesTillabéry accueille, du 16 au 17 juillet 2019, la 8ème édition des Journées des communes du Niger couplée avec l’Assemblée générale. C’est le Premier ministre, Chef du gouvernement, SE Brigi Rafini qui a présidé l’ouverture de cette rencontre. Etaient également présents des députés nationaux, des membres du gouvernement, le gouverneur de la région de Tillabéry, des élus venus des différentes localités du Niger, des représentants des partenaires techniques et financiers intervenant dans le domaine de la décentralisation, des Chefs traditionnels, des leaders religieux et plusieurs autres invités. Plusieurs allocutions et panels sont au menu de deux jours de travaux.

A l’ouverture des travaux, le Premier ministre a évoqué le contexte dans lequel se tiennent ces journées des communes. Tillabéry, a souligné SE Brigi Rafini, est une région chargée d’histoire et de symbole. La ville s’apprête pour être véritablement Tchandallo, pour mieux accueillir les festivités marquant le 61ème anniversaire de la proclamation de la République. « Tillabéry, c’est aussi malheureusement aujourd’hui la région victime des actes criminels, des groupes terroristes, qui sèment la

désolation dans nos familles», a déploré le Chef du gouvernement, dénonçant l’assassinat le lundi 15 juillet dernier, par ces terroristes du fils du Chef de groupement d’Inatès, chef qui lui-même a connu le même sort il y a de cela à peine deux mois. Une prière a été dite pour le repos de leurs âmes et de celles de tant d’autres qui les ont précédés. « En tout état de cause, le gouvernement est plus que jamais décidé et déterminé à combattre ces groupes terroristes. En même temps que seront mises en place, dans l’immédiat, des mesures appropriées pour la protection et l’assistance des populations », a annoncé SE Brigi Rafini.

Intervenant sur la rencontre proprement dite, le Chef du gouvernement a rappelé que les thèmes des deux précédentes éditions de ces journées ont porté sur le transfert des compétences aux collectivités territoriales. SE Brigi Rafini a réaffirmé l’engagement du gouvernement à concrétiser cette volonté, en rappelant aux maires leurs responsabilités, dans l’offre des services publics. « Cet engagement s’est matérialisé par l’adoption en janvier 2018 d’un plan quadriennal de transfert de compétences aux communes et aux régions, dans les quatre secteurs sociaux de base, qui sont la santé, l’éducation, l’hydraulique et l’environnement», a précisé Le Chef du gouvernement. «Je vous interpellais par rapport à la prise en charge et à l’exercice effectif de vos responsabilités, en ce sens que vous êtes, plus que jamais investis d’une mission de service public et de développement au niveau local. Mission que vous devez réussir et mériter ainsi toute la confiance que les populations ont bien voulu placer en vous. En vous portant à ce niveau de responsabilité », a-t-il rappelé.

Cette édition a pour thème central « l’offre des services publics par les communes : succès et limites ». Pour le Premier ministre, à travers ce thème, cette édition s’inscrit résolument dans la continuité des réflexions antérieures et traduit la volonté et le souci d’une prise en charge effective des compétences transférées et la délivrance aux citoyens des services publics correspondants par les communes. SE Brigi Rafini a cependant reconnu, qu’après une année de mise en œuvre de plan de ce transfert, le bilan reste mitigé et contrasté. Mais, le Chef du gouvernement estime que la dynamique de transfert s’installe progressivement, dans l’esprit et les pratiques des acteurs en présence. «S’agissant particulièrement de l’offre de services publics, thème au centre de la présente rencontre, je puis noter, à la faveur des réunions périodiques que je préside personnellement, qu’en dépit des difficultés conjoncturelles, globalement imputables au démarrage d’une reforme aussi complexe, que celle de la décentralisation, la plus part des communes, se mettent déjà en ordre de bataille pour la production et la délivrance des services publics de qualité au profit des citoyens, dans la limite de leurs possibilités », a relevé le Premier ministre.

La sécurité s’invite dans les débats

Au-delà du transfert des compétences, le Premier ministre a beaucoup insisté sur la sécurité des citoyens, la responsabilité de l’Etat mais aussi celle des communes sur la prévention qui doit figurer dans le cahier de charge quotidien des élus locaux. « Toujours en rapport avec la problématique de l’offre des services publics par les communes et dans le contunium de ceux qui sont le plus couramment attendus par les populations, je me dois de vous rappeler, avec insistance, la question sécuritaire, qui occupe aujourd’hui l’une des premières places de l’agenda du gouvernement. En effet, la demande sociale en matière de sécurité, liée aux évolutions de la petite et moyenne délinquance, aussi bien en milieu urbain que dans nos zones rurales, d’une part, et le mouvement de décentralisation d’autre part, doivent conduire les maires à se positionner localement comme garant du maintien de la sécurité et de la prévention », a-t-il estimé.

Si la sécurité des citoyens relève de la responsabilité de l’Etat, il est non moins évident, précise le Chef du gouvernement, que la prévention de la délinquance nécessite la participation effective des maires et des services municipaux et élus locaux. « En engageant notre pays dans cette réforme structurelle de la décentralisation le gouvernement, sous les hautes directives du Président de la République, Chef de l’Etat, s’est donné comme ambition prioritaire d’approfondir et de consolider notre cadre démocratique mais aussi de promouvoir les meilleures chances de développement à la base, par la pleine implication de la responsabilisation effective et des citoyens dans la gestion et l’amélioration de leurs conditions de vie », a-t-il précisé. Pour le Premier ministre, le bilan est aujourd’hui globalement élogieux ; ce pari est en passe d’être gagné, au regard de l’enracinement progressif et irréversible de la démocratie à la base ainsi que de nombreuses actions de développement réalisées avec l’appui de l’Etat et de ses partenaires et dont les résultats sont aujourd’hui visibles sur le terrain.

« Les Programmes de Renaissance Acte I et II ont radicalement changé nos chefs-lieux de région »

« Concernant justement l’offre de services publics par les communes, je voudrais souligner ici, avec force et conviction, la contribution inestimable du Programme de Renaissance Acte I et II, du Président de la République, notamment son volet Rénovation et Développement des grandes villes, qui en un temps record a radicalement changé le visage de nos communes urbaines, chefs-lieux des régions. Mais ce programme qui, à lui seul, traduit toute l’ambition dont le Président de la République est porteur pour l’image et la grandeur de notre pays, a de manière emblématique, rétabli la ville de Niamey, dans sa fierté et sa dignité de ville capitale nationale et l’a replacé au même niveau que la plupart de ses consœurs de la sous-région et cela à la grande satisfaction de l’ensemble des populations nigériennes », a déclaré SE Brifi Rafini. Aussi, le Chef du gouvernement a saisi l’occasion pour adresser, au nom des élus locaux en particulier et de tous les participants à la rencontre de Tillabéry, sa déférente gratitude, au Président de la République, Chef de l’Etat, SE Issoufou Mahamadou, pour ses initiatives originales et hautement patriotiques, qui font écoles au-delà de nos frontières. Le Chef du gouvernement a enfin invité tous les participants à s’investir activement en vue de la bonne réussite de la 8ème Edition des Journées des communes du Niger.

Plusieurs panels sur divers thèmes dont ceux relatifs à la gouvernance locale, l’éducation, la santé, l’hydraulique, l’assainissement et l’intercommunalité, sont prévus. Les Journées des communes du Niger, qui sont désormais une tradition établie, constituent un cadre de concertation entre les collectivités territoriales d’abord mais aussi entre elles et le gouvernement. Ces Journées se veulent aussi un creuset de représentation et de défense des intérêts de nos communes respectives, un outil pour faire le bilan de leurs gestions mais aussi un cadre d’entre aide mutuelle et de solidarité, un instrument de coopération décentralisée et d’intercommunalité.

Mahamadou Diallo (Envoyé Spécial)

 17 juillet 2019 
Source : http://www.lesahel.org/

Imprimer E-mail

Politique