Mohamed Bazoum en tournée électorale : Une campagne illégale et indécente… avec les moyens de l'État en sus

Bazoum Campagne Pr 2021Image d'illustration  Mohamed Bazoum, encore une fois, vient de faire la démonstration de l'immensité de son pouvoir au sein de ce régime. La première fois, alors que la rumeur publique le donnait pour battu d'avance face à Hassoumi Massoudou dans la course à l'investiture du Pnds pour l'élection présidentielle prochaine, le président du Pnds a fait étalage de sa capacité à tourner en sa faveur les situations les plus désespérées. Pour une seconde fois, il vient d'entamer une campagne électorale que d'aucuns, y compris dans les rangs du Pnds, jugent indécente, en plus d'être illégale. Un coup de poing à tous ceux qui, tant au sein du Pnds que dans certains milieux hostiles au président du parti rose, fantasment de voir Mohamed Bazoum mis hors de course. " Garçon-là, c'est un grand sorcier, il faut laisser ", a laissé entendre un ressortissant ivoirien vivant à Niamey. Il y a de quoi. Alors que tout le gouvernement a la tête aux conférences qui doivent s'étaler du 4 au 8 juillet 2019 à Niamey, le président du Pnds n'a rien trouvé de mieux à faire que d'entreprendre une tournée électorale dans la région de Dosso. Ce choix n'est pas un hasard. C'est le fief de Hassoumi Massoudou, l'homme que Mohamed Bazoum n'a pas encore fini " d'écraser ". Efflanqué d'Assamaou Garba, une dame du terroir qui a mille raisons d'en vouloir à Hassoumi Massoudou, le président du Pnds a sillonné en priorité le Boboye, comme par défiance à celui qu'on dit être toujours debout, ferme et résolu à briguer la magistrature suprême. Selon des proches de l'ancien ministre des Finances, les choses sérieuses restent à venir. Hassoumi Massoudou n'a jamais abdiqué et compte aller jusqu'au bout de son ambition. Mohamed Bazoum le sait mieux que tout le monde et c'est peutêtre cela qui explique cette subite tournée électorale chez Hassoumi Massoudou.

Inamical, le président du Pnds est parti à Dosso en l'absence des maîtres des lieux

Outre que l'initiative du président du Pnds est malheureuse, eu égard au contexte de la conférence UA-ZLECA qui ne s'y prête pas, Mohamed Bazoum a étalé la preuve qu'il est loin d'être un rassembleur. Sa tournée électorale dans le Boboye, il semble l'avoir inscrite dans une logique de confrontation frontale avec ceux qui sont supposés être contre sa candidature. Inamical, le président du Pnds est parti à Dosso en l'absence des maîtres des lieux. Ni Hassoumi Massoudou ni Pierre Foumakoye Gado. Des absences remarquées qui font dire à de nombreux observateurs que les choses vont de mal en pis au sein du Pnds. Au fond, la campagne électorale entreprise par Mohamed Bazoum a tout l'air d'un bras de fer. Avec qui ? Hassoumi Massoudou sûrement, même si certains y voient un conflit plus profond. Pourquoi Bazoum a-t-il délibérément choisi ce moment de communion nationale pour faire campagne ? La question trouvera peut-être une réponse à la fin des conférences qui préoccupent le Président Issoufou. Si le choix du Boboye n'est pas fortuit et qu'il a dû être suggéré par les adversaires internes à Hassoumi Massoudou, notamment Assamaou Garba et Salamatou Gourouza, il n'est pas exclu que la campagne, elle-même, ait été suscitée par l'ombre du général Djibo Salou. Est-ce un message au Président Issoufou, histoire de lui faire savoir qu'il ne se laissera pas faire comme Hassoumi ? Le lancement, le 8 juin 2019, d'un nouveau parti politique où se sont affichés plusieurs proches et obligés du général Salou, a achevé de planter le décor des perspectives politiques au Niger. La Convergence Mun Sabpé Niger (MSN) est au centre de toutes les conversations et le ministre de l'Intérieur, qui n'est autre que Mohamed Bazoum, le candidat officiel du Pnds, ne peut être qu'intéressé de savoir ce qu'il y a en dessous. Sa découverte serait-elle à la base de la subite campagne électorale dans laquelle il s'est lancé à plus d'un an de l'échéance ?

Laboukoye  

30 juin 2019
Source : Le Courrier

Imprimer E-mail

Politique