Visite du ministre de l’Equipement sur le chantier de la voie express de Niamey : Le chantier évolue avec un taux d’avancement de près de 92%

Visite du ministre de l’Equipement sur le chantier de la voie express de Niamey : Le chantier évolue avec un taux d’avancement de près de 92%A quelques semaines de la tenue de la conférence des Chefs d’Etat et de gouvernement de l’Union Africaine à Niamey, les travaux du chantier phare des infrastructures routières de la capitale évoluent de façon satisfaisante. Ce chantier dénommé la voie express reliant l’Aéroport International Diori Hamani de Niamey au centre ville a fait l’objet hier matin d’une visite de la part du ministre de l’Equipement, M. Kadi Abdoulaye, accompagné par les directeurs centraux du ministère et le gouverneur de la région de Niamey ainsi que le président de la Délégation Spéciale de la Ville de Niamey. Les travaux d’aménagement et de bitumage de la voie express qui tendent vers la finition participent déjà à l’embellissement de la Capitale en jouant un rôle central dans le trafic routier de la ville de Niamey à travers l’ouverture de certaines voies.

A la date d’hier, le taux d’avancement des travaux de cette voie express est de l’ordre de 91, 72% pour un délai consommé de 81%. En effet, du Rond point Justice jusqu’à l’Aéroport International Diori Hamani en passant par le grand marché de Niamey et le Rond point 6ème, le ministre de l’Equipement et la délégation qui l’accompagne ont pu constater l’évolution de l’ensemble du chantier. Si l’entreprise française, en l’occurrence la SATOM Sogea, s’active pour honorer ses engagements vis-à-vis du gouvernement du Niger, il faut reconnaitre que le comportement de certains citoyens de la Capitale ne facilite pas la tâche. Ainsi, le constat fait par le ministre de l’Equipement au grand marché est peu reluisant avec la présence des déchets plastiques qui jonchent la chaussée du goudron. Devant ce constat ahurissant, le ministre de l’Equipement a, en s’adressant au responsable de la mairie centrale, indiqué que cette voie express est la première construite au Niger. ‘’ Il nous faut donc démontrer qu’elle peut bel et bien jouer son rôle dans le trafic routier de la Capitale’’. Un technicien de l’entreprise en charge de l’exécution des travaux souligne que la zone du grand marché de Niamey est critique au regard du comportement des commerçants. Un peu plus loin, mais toujours au grand marché de Niamey, la stagnation des eaux usées de la douche publique du marché s’invite au problème général d’insalubrité. Là, le ministre de l’Equipement rétorque en disant que la discipline doit régner ici avec la présence permanente de la force publique de dissuasion. Abondant dans le même sens, le président de la Délégation Spéciale de la Ville ajoute que des dispositions seront incessamment prises pour que les vendeurs ambulants, les étals du grand marché, du marché Tagabati et celui de Karam-Karam ne reviennent empêcher la fluidité de la circulation. Un suivi régulier sera instauré pour veiller à l’application stricte des mesures envisagées. Bref, des consignes sont données pour que la Police Nationale et celle de la municipalité veillent au grain. Quant à la Nigelec dont la tâche est de poser minutieusement les lampes d’éclairage public le long de la voie express, son représentant dit avoir mesuré l’ampleur de la responsabilité qui leur incombe en promettant d’honorer cet engagement.

A l’issue de cette visite, le ministre de l’Equipement a précisé qu’il ne reste qu’un mois qui nous sépare de la tenue du sommet des Chefs d’Etat et de gouvernement de l’Union Africaine. ‘’Il est donc tout à fait normal qu’on vienne voir l’évolution des travaux dans tous ses aspects. Je pense bien que le délai d’exécution des travaux sera tenu. Ceux qui sont en retard dans le cadre de ce chantier ont deux semaines pour finir. Je suis satisfait de constater que la date du 1er juillet sera maintenue pour l’inauguration de la voie express’’, a annoncé le ministre de l’Equipement. S’agissant du constat amer relatif aux déchets plastiques du grand marché de Niamey, le ministre Kadi Abdoulaye n’écarte pas l’option de faire appliquer les dispositions réglementaires du patrimoine routier.

Hassane Daouda(onep)

07 juin 2019
Source : http://lesahel.org/

Imprimer E-mail

Politique