Ouverture de la session ordinaire du conseil supérieur de la communication au titre du mois de mars 2019 : Sept (7) points sont inscrits à l’ordre du jour

Le président du Conseil Supérieur de la Communication, Dr. Sani Kabir, a procédé hier matin à l’ouverture de la session ordinaire de l’institution au titre du mois d’Avril 2019 en présence des membres dudit conseil. Le projet d’ordre du jour de la session ordinaire comporte sept points, à savoir : examen et adoption du procès-verbal de la session ordinaire du mois de mars 2019 ; examen et adoption du procès-verbal de la session extraordinaire du mois d’avril 2019 ; information sur le CSC ; examen et adoption des travaux de la Commission Ethique, Déontologie et carte de presse ; Examen et adoption du projet de délibération sur l’accès équitable de la presse privée au marché publicitaire ; examen et adoption du projet de délibération définissant le cahier de charges de l’Agence Nigérienne de Diffusion (AND).

A l’ouverture des travaux, le président du Conseil Supérieur de la Communication a félicité les medias nigériens dans leur ensemble pour les efforts qu’ils déploient chaque jour pour le renforcement de l’unité nationale, de la cohésion sociale et de la paix.

Il s’est ensuite appesanti sur le point relatif au projet de délibération sur   l’accès équitable de la presse privée au marché publicitaire. Dr. Kabir Sani a expliqué que depuis presque deux ans le gouvernement a adopté le décret N°2017_052/PRN/MC du 25 janvier 7 régissant la publicité par voie de presse qui définit les règles relatives à la forme et aux contenus des messages publicitaires et fixe le cadre général de contrôle et de régulation des activités publicitaires.

Ce décret a créé, en son article 27, un conseil de publicité, organe consultatif placé sous l’autorité du CSC dont les attributions sont entre autres de proposer au CSC les modalités d’accès au marché publicitaire et de veiller au respect à l’accès équitable et effectif de la presse privée aux activités publicitaires de l’Etat et de ses démembrements. Ainsi, c’est en application de ces dispositions que le Conseil de Publicité a formulé des propositions qui ont servi de base à l’élaboration d’un projet de délibération sur l’accès équitable de la presse privée au marché publicitaire.

Il a par la suite indiqué que c’est ce projet de délibération qui sera examiné au cours de la session afin d’accélérer le processus de signature de la convention collective professionnelle en vue d’améliorer les conditions de vie des journalistes.

Dr. Kabir a également rappelé à ce sujet le décret N°2017-052/PRN/MC du 25 janvier 2017 régissant la publicité par voie de presse qui, en son article 6, stipule que « les professions publicitaires sont exercées par les entreprises de publicité ou des agences de communication. Ces entreprises de publicité doivent, avant toute activité, obtenir au préalable un agrément du Conseil Supérieur de la Communication après avis du Conseil de Publicité. Une délibération du Conseil Supérieur de la Communication détermine les conditions d’obtention dudit agrément». En effet, plus d’un an après l’obtention de ce décret, beaucoup d’entreprises de publicité faisant la publicité par voie de presse ne se sont pas conformées à l’obtention de cet agrément. C’est donc le lieu de prévenir ces entreprises sur les risques encourus par rapport à cette violation de la règlementation en vigueur.

Enfin, le président du Conseil Supérieur de la communication a insisté sur le point relatif au projet de Délibération définissant le cahier de charges de l’Agence Nigérienne de Diffusion (AND) dont le contenu est soumis à l’appréciation dudit conseil afin de permettre à l’agence de disposer d’un document de référence qui lui facilitera l’accomplissement de sa mission.

Rahila Tagou (stagiaire)

26 avril 2019
Source: http://www.lesahel.org

Imprimer E-mail

Politique