108ème session du Conseil des ministres des pays de d'Afrique-Caraïbes- Pacifique(ACP) à Bruxelles, en Belgique : Vers un nouvel accord de partenariat entre les pays ACP et l'Union Européenne

Acp Ue Niger

La 108e session du conseil des ministres des pays d’Afrique-Caraïbes-Pacifique (ACP) s’est tenue les 13 et 14 décembre derniers à Bruxelles. Le Niger a été représenté par le ministre des finances M. Massaoudou Hassoumi, ordonnateur national du FED, en présence de l'Ambassadeur du Niger auprès du Royaume de Belgique, S.E.M. Ousmane Alassane, du Coordonnateur de la cellule union Européenne, M. Salifou Abdoulaye, et du premier conseiller de l'ambassade du Niger à Bruxelles, M. Isaakou Souleymane.

Au centre des travaux de cette session ministérielle des pays ACP,l'adoption d'importantes décisions et déclarations, d'une part sur le processus de négociations en cours entre les ACP et l'Union Européenne, en vue d'un nouvel accord de partenariat post-Cotonou et d'autre part, sur la situation qui prévaut dans certains pays membres des ACP, notamment dans le sahel et dans la région du lac Tchad.

Signé en 2000, c'est un rappel, l'accord de Cotonou qui régit le partenariat entre l'Union Européenne et 79 états du groupe ACP, arrive à expiration en février 2020. Et en vertu de l'article 95 de cet accord les deux parties doivent entamer des négociations dix-huit mois plus tard avant son expiration, en vue d'un nouvel accord de partenariat.

C'est ainsi que l'Union africaine et l'Union Européenne ont procédé le 28 septembre 2018 à New York, au lancement du processus de négociations à travers une cérémonie solennelle coprésidée par les négociateurs en chef de l'Union Européenne (le commissaire au développement M. Neven Mimica) et du groupe ACP (M. Robert Dussey, ministre des Affaires Etrangères du Togo).

Entre autres décisions sur le processus de négociations, on peut noter la prise en compte par le conseil des ministres ACP, de l'état d'avancement des négociations, notamment le calendrier de travail, la structure du futur accord, ainsi que les progrès accomplis dans l'alignement des priorités stratégiques.

Il ressort également que le futur accord doit avoir une durée de vingt ans au minimum et prévoir des révisions périodiques visant à l'adopter aux évolutions.

S'agissant de la situation qui prévaut dans le lac Tchad, le conseil des ministres ACP, a adopté une déclaration relative aux défis du développement et de l'insécurité dans la région, s'engager à affecter des ressources intra-ACP pour la réintégration des personnes déplacées.

Concernant la situation dans la région du G5 Sahel, la lutte contre le terrorisme dans la région, était au centre d'une déclaration que les ministres ont adoptée, tout en exprimant leur vive préoccupation et leur ferme condamnation concernant les attaques dont sont victimes les populations civiles, les institutions locales, les FDS, et les nations unies.

Le conseil des ministres des ACP s'est aussi félicité des résultats de la conférence de Bruxelles sur le sahel et de la conférence des bailleurs, tenue le 07 décembre à Nouakchott sur le financement du programme d'investissement prioritaire (PIP). Sachez enfin que le conseil a donné mandat au comité des Ambassadeurs ACP, de tout mettre en œuvre, pour obtenir en faveur du G5 sahel une contribution financière dans le cadre du plan d'action annuel intra-ACP 2019 au titre du 11e FED.

L’Ambassadeur du Niger à Bruxelles S.E.M. Ousnane Alassane a, au terme de l'adoption de la déclaration, tenu à faire part des attentes du groupe G5 et à remercier le conseil des ministres ACP pour la solidarité et son engagement en faveur du G5 Sahel.

Saadi Sanda, AP/Ambassade du Niger à Bruxelles

28 janvier 2019
Source : http://ambaniger-bruxelles.be/

Imprimer E-mail

Politique