Visite du ministre de la Santé publique et du DG de l’UA 2019 dans les sites hospitaliers de Niamey : S’assurer des conditions de prise en charge des cas d’urgence lors du sommet de l’UA 2019

visite-sites-hospitaliers-NiameyLe ministre de la Santé Publique, Dr Idi Illiasou Mainassara, et le Directeur général de l’Agence Union Africaine 2019, M. Mohamed Saïdil Moctar, ont visité hier dans la matinée l’hôpital général de référence et le Service d’Aide Médicale d’Urgence (SAMU). L’objectif est de s’enquérir des dispositions mises en œuvre dans le cadre de la prise en charge des cas de malades lors du sommet. Les deux ministres en charge ont été accompagnés dans ce déplacement par leurs proches collaborateurs.

Situé au quartier Koira Tégui, à la périphérie nord de Niamey, l’Hôpital Général de Référence (HGR) a constitué la première étape de la visite. Il a été officiellement inauguré le 2 août 2016 ; ses activités ont démarré en novembre 2017. Dans ce centre, la délégation ministérielle a reçu d’amples explications sur son fonctionnement et les conditions d’accueil, de soins et d’hospitalisation des malades. Après la visite, un constat de satisfaction se dégage par rapport à la disponibilité de la structure et des dispositions qui sont en train d’être prises pour que tout ce qui est urgence sanitaire puisse être géré en marge de l’évènement. La délégation a ensuite visité les services des urgences constituant la principale entrée de tout cas qui se présente. « Tout le matériel et le dispositif sont disponibles. Nous avons fait des observations pour améliorer davantage le dispositif », a dit le ministre Idi Illiassou Maïnassara.

La délégation ministérielle a aussi visité le service de réanimation qui constitue le deuxième aspect de stabilisation de tout cas d’urgence. Ensuite, les différents services techniques et les pavillons d’hospitalisation qui sont pratiquement bien équipés. Le directeur général de l’hôpital, le colonel-médecin Oumara Mamane, a assuré que la prise en charge sera effective lors du sommet.

La délégation ministérielle s’est ensuite rendue au Service d’Aide Médicale d’Urgence (SAMU) pour voir le dispositif en termes de personnel et d’ambulances. Ce service, dont les activités ont été officiellement lancées le 16 mars 2013, dispose aujourd’hui de 7 ambulances médicalisées en bon état, d’une salle de régulation pour recevoir et traiter les appels, d’un personnel composé de médecins, d’infirmiers, d’ambulanciers et de standardistes. Il faut souligner que le SAMU s’occupe principalement de la médecine pré-hospitalière. La médecine pré-hospitalière fait référence à tout ce qui est urgence pré-hospitalière, que ce soit les accidents de la circulation qui occupent d’ailleurs ce service dans une très grande proportion ; les malaises ou autres problèmes de santé que peuvent avoir les gens à domicile ; les couvertures médicales de grands événements ou des compétitions sportives et culturelles, et les prises en charge de certaines personnes d’un hôpital à un autre ou d’un centre de santé à un autre pour des patients dont l’état de gravité ne permet pas un déplacement par n’importe quel véhicule.

Le responsable de ce service Dr Souleymane Karadji a donné plusieurs explications sur la mission du SAMU, qui selon lui, est la prise en charge des patients qui se fait avec un Service Mobile d’Urgence et de Réanimation. Ce sont des petites unités hospitalières mobiles, des ambulances qui sont quotidiennement en attente et qui correspondent à des mini-hôpitaux où on peut faire beaucoup de gestes, de soins et même stabiliser les cas les plus critiques jusqu'à une destination voulue ou choisie par le SAMU.

A part son rôle d’intervention d’urgence, le SAMU est chargé aussi de former les populations, par exemple certains corps constitués ou groupes bien ciblés, en secourisme. Il participe également à la formation et à la recherche en médecine d’urgence et de catastrophe à travers l’encadrement des étudiants dans les écoles de santé pour l’obtention des diplômes de fin de cycle tels que le Doctorat et le diplôme d’Infirmiers Diplômé d’Etat (I.D.E). « Pour la tenue de la 33ème conférence de l’UA, notre service entamera ce vendredi 25 janvier 2019, une formation en médecine d’urgence destinée à une centaine d’agents issus des différents centres hospitaliers et qui exercent déjà dans la prise en charge des urgences médicales », a annoncé Dr Souleymane Karadji.

Seini Seydou Zakaria(onep)

25 janvier 2019
Source : http://lesahel.org/

Imprimer E-mail

Politique