Réunion du Conseil National de Dialogue Politique : Adoption du code électoral et du règlement intérieur du CNDP

Adoption-du-code-electoral-et-du-reglement-interieur-du-CNDP.jpgLa réunion du Conseil National de dialogue Politique s’est tenue hier 24 janvier 2019, au palais des Congrès de Niamey, sous la présidence du Premier ministre, Chef du gouvernement, S.E Brigi Rafini, président du CNDP. Deux points majeurs sont inscrits à l’ordre du jour des travaux de cette instance de dialogue. Il s’agit surtout de l’examen et l’adoption du rapport des travaux du comité ad hoc chargé de la révision du code électoral, projet de règlement intérieur du CNDP et une information sur l’évolution du processus électoral conduit par la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI). Cette réunion s’est déroulée en présence du groupe de la Majorité et celui des Non Affiliés. Quant au groupe de l’Opposition, il a boycotté les travaux de cette réunion.

A l’issue de cette réunion, les deux groupes (Majorité et Non Affiliés) ont après discussions et amendements adopté le code électoral et le règlement intérieur du Conseil National de Dialogue Politique à l’unanimité. Selon le Premier ministre, Chef du gouvernement, S.E Brigi Rafini, président du CNDP, tous les articles du code électoral n’ayant pas fait l’objet de consensus au niveau du comité ad hoc ont trouvé au cours de la présente session une solution et cela de manière consensuelle. ‘’C’est pour dire que notre code électoral fait l’objet d’un consensus parfait au stade actuel. Certes, il est vrai qu’un des groupes membres du CNDP n’a pas pris part à ces travaux. Mais, je dois souligner que l’Opposition a activement participé aux travaux du comité ad hoc. Nous aurons voulu qu’elle continue l’œuvre ainsi commencée,’’ a souhaité le président du CNDP. S’agissant du deuxième point, à savoir l’information sur évolution du processus électoral, le Premier ministre a précisé que la présentation qui a été faite laisse dire quand même que le processus suit son cours en dépit des difficultés auxquelles la CENI fait face. Toutefois, ‘’ nous sommes loin d’un schéma de retard dans la réalisation de différentes échéances électorales. Et nous avons pris l’engagement à lever toutes les contraintes pour que le processus puisse connaitre son aboutissement dans les bons délais’’, a espéré le président du CNDP.

Auparavant, il faut noter qu’à l’ouverture des travaux du CNDP, le Premier ministre, Chef du gouvernement, S.E Brigi Rafini, a précisé à l’ensemble des participants à la réunion que le Président de la République, S.E Issoufou Mahamadou, et le Gouvernement sont très attachés à la réussite du processus électoral à venir, à savoir les élections générales de 2021 où il est souhaité la participation effective de l’ensemble des citoyens nigériens.

La parole a été ensuite donnée au président du comité pour la présentation du rapport soumis à l’approbation de la réunion. Dans la présentation succincte des résultats des travaux du comité ad hoc, il ressort que les membres du comité ont travaillé en toute indépendance et sans aucune injonction de la part de quelqu’un jusqu’à ce que l’Opposition ait décidé de suspendre sa participation. Les articles du code électoral sur lesquels la Majorité et l’Opposition ne sont pas entendues sont : 8 ; 12 ; 80 et 81. Plusieurs autres articles du code électoral ont été modifiés sur la base d’un consensus de l’ensemble des parties prenantes du CNDP. Il faut aussi noter que le comité a formulé un certain nombre de recommandations.

Par rapport à l’exposé de Me Issaka Sounna, président de la CENI, sur l’état avancement du processus électoral, on retient essentiellement la poursuite des audiences foraines ; le processus d’acquisition de la solution d’enrôlement biométrique ; les préparatifs du recrutement des opérateurs d’enrôlement biométrique et des techniciens chargés de leur mise en œuvre ; l’identification des centres d’enrôlement et de vote ; le processus de mise en place des commissions administratives ; la participation de la diaspora au processus électoral ; l’élargissement de la coopération internationale ; les séances de formation et de sensibilisation ; le financement des élections et enfin les perspectives. Tous les points ont été développés avec des chiffres à l’appui dans l’exposé et un appel a été lancé au gouvernement pour qu’un accompagnement intense et suivi soit accordé à la CENI.

Hassane Daouda (onep)

25 janvier 2019
Source : http://lesahel.org/

Imprimer E-mail

Politique