Course à l’investiture du PNDS pour 2021 : Massoudou confirme son ambition, Bazoum sur un siège éjectable ?

Course à l’investiture du PNDS pour 2021 : Massoudou confirme son ambition, Bazoum sur un siège éjectable ?« La guerre de tranchées entre partisans de Hassoumi Massoudou, ministre des Finances et Mohamed Bazoum, ministre de l’intérieur bat son plein », apprend-on dans un article publié dans le journal Le Courier en date de ce jeudi 24 janvier 2019. Cette guerre entre les deux personnalités, avec pour finalité ultime, l’investiture comme candidat du PNDS à la présidentielle de 2021 vient de franchir un cap. A en croire notre confrère, elle a dépassé les simples invectives entre les partisans sur les réseaux sociaux. Et pour cause, Hassoumi Massoudou, secrétaire général du parti s’est rendu chez le Président de la République, leader historique de la formation politique, afin de lui réitérer sa détermination à briguer la magistrature suprême. Mieux, M. Massoudou aurait insisté sur le fait qu’il ne se ravisera au profit de nul autre candidat hors mis Foumakoye Gado. Ce dernier qui n’est autre que le vice-président du comité exécutif national (CEN) et coordonnateur régional de Dosso.

Une ambition fondée

L’ambition de l’ancien directeur de campagne du candidat, puis directeur du cabinet du Président Issoufou parait fondée, selon les sources de notre confrère. Elle serait d’abord appuyée par de « grands lobbys politico-financiers pour qui le mot d’ordre est tout sauf Mohamed Bazoum ». A cela s’ajoute un soutien du Président de la république que celui-ci peine à assumer publiquement insinue nos confrères du Courier. Et Ceux-ci d’insister « Hassoumi Massoudou sait parfaitement sur quoi il danse ».

Par cette rencontre avec le chef de l’Etat Hassoumi Massoudou confirme ce qui n’était jusque-là qu’une « rumeur de Niamey » pour parler comme le ministre Mohamed Ben Omar. Le soutien dont il bénéficierait confine désormais Bazoum Mohamed sur un siège plus ou moins éjectable.

La bataille est désormais lancée et les deux camps multiplient les offensives de charmes tant à l’intérieur du parti et au delà. Qui du président et du secrétaire général du PNDS en sortira vainqueur ? Le parti en sortira-t-il indemne ? Quid de la sacro-sainte tradition d’unité au sein du PNDS ? Telles sont entre autres les questions qu’on ne peut s’empêcher de se poser tant l’enjeu est grand.

K Zamani

25  janvier 2019
Source : https://www.nigerdiaspora.net

Imprimer E-mail

Politique