Interview du président de la FENIBAD «Le badminton suscite beaucoup d’engouement chez les jeunes filles et garçons (…) Notre défi majeur est de parvenir à mobiliser les moyens conséquents à la mise en œuvre de notre plan opérationnel», estime M. Abdoulaye

Monsieur le président, la fédération que vous dirigez est l’une des plus jeunes du Niger. Quelles sont les structures que vous avez pu mettre en place pendant ce premier mandat pour animer la discipline badminton ?

Depuis notre accession à la tête de la Fédération Nigérienne de Badminton (FENIBAD) en 2016, nous avons fait des activités structurantes une de nos grandes priorités du fait que nous avons eu en termes de défis la promotion du badminton sur l’ensemble des régions que compte le pays à travers l’installation et la dynamisation des clubs, et des ligues respectivement au niveau communal et régional. C’est ainsi que dans un délai record, un travail titanesque a été mené, par mon équipe pour asseoir et rendre

opérationnelles toutes ces structures qui sont d’une importance capitale dans le processus de promotion de cette discipline olympique qu’est le badminton. Aussi, nous nous sommes battus pour avoir notre affiliation auprès des Instances Internationales de Badminton notamment la Fédération internationale de Badminton (BWF) et la Confédération Africaine de Badminton (BCA).

Pensez-vous que les jeunes nigériens perçoivent bien cette nouvelle discipline qu’est le badminton ?

Il faut noter que le badminton est un sport qui suscite beaucoup d’engouement chez les jeunes filles et garçons. Pour preuve nous enregistrons un nombre important de jeunes inscrits en tant que pratiquants de badminton. Aussi, plusieurs écoles de Niamey, de Dosso et de Tillabéry ont introduit la discipline dans leur programme de formation au vu de l’intérêt que les jeunes portent à ce sport.

La formation constitue le socle sur lequel doit s’appuyer une fédération pour promouvoir une discipline sportive. Qu’avez-vous fait dans ce secteur depuis votre élection à la tête de la fédération ?

Grâce au concours de la Fédération Internationale de Badminton (BWF), de la Confédération Africaine de Badminton (BCA), de l’Association Francophone de Badminton ainsi que de notre partenaire stratégique qu’est l’Ambassade de la République Populaire de Chine au Niger, la FENIBAD a pu faire participer ses membres à de nombreuses formations. Il s’agit notamment, au cours de l’année 2015, de deux (2) deux membres de la Fédération nigérienne de Badminton qui ont participé durant deux mois à un stage de formation des coachs à Hangzhou en Chine ; au cours de l’année 2017, un (1) entraineur du Niger a participé au Camp d’entrainement de Tunis (Tunisie) ; dix (10) Tuteurs et 35 Enseignants d’Education sportives des régions de Niamey, de Dosso, et de Tillabéry ont suivi la formation des formateurs de badminton dans le cadre du Programme « Shuttle Time ou Badminton à l’école », programme de la Fédération Internationale de Badminton qui vise à promouvoir la discipline en milieu scolaire. Il ya aussi 15 jeunes badistes (joueurs de badminton) nigériens qui ont été formés par les experts de l’Association Francophones de Badminton grâce à un appui financier de la Conférence des Ministres de la Jeunesse et des Sports (CONFEJES) à l’occasion du Club CONFEJES de Badminton à Niamey ; plus de 300 jeunes nigériens ont été formés dans le cadre de notre programme phare intitulé « Initiation de Tous au Badminton » de 2016 à nos jours ; cinq (5) personnes (3 coachs et 2 joueurs) ont pris part à la formation des coachs et athlètes en Chine et ce, pour une période de deux mois.

Au courant de l’année 2018, un (1) entraineur et de deux joueurs ont participé à la formation des entraineurs et joueurs de moins de 19 ans au Burkina Faso ; et deux (2) membres fédéraux ont participé à la formation en Administration du Sport au Benin. Au cours de l’année 2019, un entraineur nigérien a participé avec succès à la formation d’entraineur de niveau I de badminton à Casablanca au Maroc ; vingt (20) boursiers de notre fédération prennent part à la formation des coachs et athlètes à Hangzhou en Chine depuis le 12 juillet 2019 pour une durée de deux (2) mois. Cette formation est entièrement financée par la Chine. Aussi, notre pays participe régulièrement aux réunions des instances internationales de Badminton. Il s’agit de la première participation de notre pays aux assises de la Confédération Africaine de Badminton (BCA) et celles de la Fédérations internationale de Badminton respectivement au mois de janvier 2018 à Pretoria en Afrique du Sud et au mois de mai 2018 à Bangkok en Thailande.

Nous avons aussi participé à l’Assemblée Générale de la Fédération Internationale de Badminton couplée à celle de la Confédération Africaine de Badminton (BCA) à Nanning en Chine au mois de mai dernier. Notre pays a également participé à toutes les Assemblées générales de l’Association Francophone de Badminton (AFB). Au cours de ce mandat, notre fédération a mené des démarches auprès des autorités chinoises et au niveau de la fédération Internationales de badminton. Ces démarches on abouti sur la réception d’un lot de matériel d’une grande valeur, offert par l’Ambassade de la République de Chine au Niger, et composé de raquettes, de filets et d’un Tapis spécialisé de badminton unique dans la sous régions ; la réception d’un important lot de matériel de badminton, offert par la Fédération Internationale de Badminton au Profit du Programme « Shuttle Time » pour ne citer que ceux là.

Quelles sont les structures qui vous appuient dans ce sens ?

Outre le soutien technique de la tutelle qui est le Ministère en charge des Sports, la Fédération Nigérienne de Badminton bénéficie de l’accompagnement financier et technique de ses partenaires dans la mise en œuvre de son plan d’action. Il s’agit notamment de l’Ambassade de la République Populaire de Chine pour sa contribution inestimable au développement du Badminton au Niger avec une trentaine de bourses de formations offertes à notre jeunesse en l’espace de 4 ans d’exercice ; un don de matériel composé essentiellement de raquettes, de filets, de tapis spécialisé d’une grande valeur. La société SAHAM Assurance Niger, nous appuie également à l’occasion de nos différentes activités sportives. Il en est de même pour la CONFEJES, et la société Rimbo Transport Voyageurs.

Depuis que vous avez démarré vos activités est-ce que vos athlètes ont eu l’occasion de se mesurer à leurs frères et sœurs des pays de la sous région ?

Le Niger a pris part à plusieurs compétitions dont entre autres, les internationaux du Benin en 2017 ; le tournoi du club CONFEJES qui s’est tenu à Niamey et qui a vu la participation de 6 pays en 2017 ; les compétitions du Burkina Faso organisé par l’Association Francophone de Badminton en 2018 ; le tournoi francophone de Badminton des moins de 15 ans à Abidjan (Cote d’ivoire) en 2019 ; et le Championnat d’Afrique de badminton des moins de 15 ans à Abidjan (Cote d’Ivoire). Et depuis trois ans nous organisons la coupe de l’amitié sino-nigérienne.

Monsieur le président, quels sont aujourd’hui les grands défis auxquels vous êtes confrontés dans la promotion du Badminton au Niger?

Notre défi majeur est de parvenir à mobiliser les moyens conséquents à la mise en œuvre de notre plan opérationnel voire stratégique. Aussi, la dynamisation des ligues régionales de badminton pour une meilleure implantation de la discipline sur l’étendue du territoire national reste une préoccupation de taille pour la Fédération. Parce qu’elle s’occupe d’une discipline olympique, la Fédération Nigérienne de Badminton continuera à mener le plaidoyer auprès des responsables du Comité Olympique et Sportif du Niger (COSNI) pour son affiliation. Cette affiliation permettra à notre fédération d’explorer d’autres horizons à l’international afin d’offrir l’opportunité à nos jeunes badistes nigériens de concourir aux bourses olympiques et éventuellement de participer brillamment aux prochains jeux olympiques à l’image de notre héro national, Abdoul Razak Alfaga en Taekwondo.

l Réalisée par Oumarou Moussa

Imprimer E-mail

Interview