Interview du maire de la commune rurale de Guidiguir : « Nous sommes préoccupés par l’incivisme fiscal, nous continuons la sensibilisation des populations » décare M. Ari Jarami

Interview du maire de la commune rurale de Guidiguir : « Nous sommes préoccupés par l’incivisme fiscal, nous continuons la sensibilisation des populations » décare M. Ari JaramiLa commune rurale de Guidiguir est situé à 60 km à l’ouest du chef-lieu du département de Gouré sur la RN1 et à 100Km du chef-lieu de la région de Zinder. Dans cette commune, le système d'exploitation développé par les populations combine une agriculture pluviale pratiquée essentiellement sur les édifices dunaires et une agriculture irriguée dans les cuvettes oasiennes. Les produits de ces cuvettes oasiennes sont essentiellement écoulés sur les marchés locaux dont les plus importants sont les marchés hebdomadaires de Soubdou et de Guidiguir. Le maire de la commune se confie

Monsieur le Maire comment se présente votre commune et quelles sont les principales activités socio-économiques des populations ?

Merci à l’équipe de l’ONEP pour nous avoir donné cette opportunité. La commune rurale de Guidiguir est située à 60km à l’ouest du département de Gouré sur la RN1 et à 100Km du chef-lieu de la région de Zinder. Elle couvre une superficie de 5.488 km2. Elle est limité à l’est par la commune urbaine de Gouré ; au nord par les communes rurales de Gammou et de Moa ; à l’ouest par les communes de Guidimouni et de Gouchi et au sud par la commune rurale de Bouné. La population estimée à 6.6750 habitants composée majoritairement de Manga, Haussa, de peulhs, Touaregs, Toubous et de Djerma. Elle est à vocation agropastorale. Le cheptel est composé de camelins, d’ovins, de caprins, d’asins et d’équins. C’est une région sablonneuse au sud et au nord, argileuse à l’ouest et montagneuse à l’est. Le commerce y est florissant. En effet, la commune rurale de Guidiguir a 7 marchés hebdomadaires dont deux très importants à savoir le marché de Guidiguir qui est la mamelle de la commune et celui d’Arnadi. D’autre part nous avons de petits marchés au nombre de 5 à savoir Gassafa, Gadori, Alkamaram, Wargalé et Ménégou. L’agriculture constitue l’activité principale des populations, mais il y a aussi l’élevage. D’autres activités viennent en complémentarité à l’agriculture et à l’élévage.

Quelles sont les réalisations qu’on peut mettre l’actif de la commune ?

Depuis mon accession à la tête de la commune, nous avons effectué des réalisations dans divers secteurs notamment dans l’éducation ou il a été construit deux salles de classes à Guidiguir, deux autres plus une latrine à Gamda, la réhabilitation du centre alpha de Mainaram, celle de 3 salles de classes à Garin Makéra, de 3 salles à Déguéré, de deux salles à Guidiguir centre, de trois salles de classes à Tchiromari, de 2 classes à Oungouar Tchouloum et la construction du centre de formation aux métiers. Nous appuyons les COGES soit au niveau des villages ou au niveau de la commune.

Et quand est-t-il des interventions de la commune dans les autres secteurs ?

Dansle domaine de l’agriculture nous avons remis 630 motopompes à plusieurs villages avec des réseaux californiens et des forages dans les cuvettes et les villages de Mairi, Konkom, Rabadakoli, Danganari. Pour le volet hydraulique nous avons réparé sur fonds propres des forages, financé la réalisation de 59 forages, et de 20 puits, de 7 postes d’eau autonomes et réparé la mini AEP de Guidiguir et une autre à Konori. Nous avons foncé une vingtaine de puits avec l’appui des partenaires et 70 forages dans la zone sud. Dans le domaine de l’élevage nous avons construit le marché à bétail de Guidiguir pour un montant de 116 millions de FCFA. Il ya aussi la construction d’un magasin Prodex, la distribution de plus de 1.200 petits ruminants ainsi que le règlement de toutes les factures de vaccination. Dans le domaine de la santé nous avons érigé 3 cases de santé en CSI à Aouargalé, Anardi et Falama.Il faut ajouter à cela, l’acquisition d’une ambulance, la réhabilitation de la maternité de Guidiguir, le recrutement de 5 manœuvres mis à leurs dispositions.

Et pour ce qui concerne l’environnement ?

Dans ce domaine nous avons réalisé plus de 200 kilomètres de bandes pare-feu pour sécuriser les zones de pâturages ainsi que le reboisement des places publiques au niveau de notre commune. Nous menons des sensibilisations pour freiner le déboisement, la coupe abusive du bois, la fixation des dunes etc. Dans le domaine de l’énergie nous avons financé l’éclairage public sur les principaux axes de la commune pourun montant de 10 millions de FCFA. Pour le volet communication on peut retenir la réalisation d’une route latéritique de 32 kms entre Guidiguir et Gassafa avec embranchement sur Falama par le PRODAF et un autre partenaire ce qui nous a beaucoup réconfortés quand à l’écoulement des produits maraichers vers Guidiguir d’autant plus que le tronçon traverse 13 villages et une trentaines de cuvettes. Nous avons aussi réhabilité un pont sur fonds propres de la commune ainsi que la latéritique qui rentre à l’intérieur de la ville. Nous avons mis en place des centres d’approvisionnements en produits maraichers.

Votre mot de la fin ?

Nous avons une grande préoccupation pour ce qui concerne l’incivisme fiscal. Et dans ce sens nous allons continuer la sensibilisation des populations locales.

Propos recueillis par Abdoulaye Harouna

10 janvier 2019
Source : http://lesahel.org

Imprimer E-mail

Interview