Signe de temps : mais, ou allons nous ? (Par Par Dr Abdoulaye HASSANE DIALLO)

Signe de temps : mais, ou allons nous ? (Par Par Dr Abdoulaye HASSANE DIALLO)Notre continent africain, nos Etats et nos peuples souffrent chaque jour, depuis bientôt une vingtaine d’années. Mais, tous ces déchirements et toutes ces déchirures, toutes ces destructions qui ont pris racine sur notre continent, viennent d’abord d’ailleurs. Disons des règlements de comptes et des confrontations à travers des guerres larvées parfois injustes pour montrer des muscles à des pays souverains que l’on veut tenir en laisse, coûte que coûte. Les grandes Nations, développées se jouent de nous en voulant nous faire marcher à la baguette tels des écoliers qui refusent d’écouter leur ancien Maître. Pour avoir décidé de se prendre en charge en allant encore chercher le savoir ailleurs. Ce que recommande notre livre Saint, le Coran et le Prophète Mohamed Salut soit sur lui, l’a confirmé cela peut coûter et a couté très cher à des Peuples ou à des dirigeants qui tentent d’aller nouer d’autres relations hors du pré-carré traditionnel.  Gare à ceux qui veulent changer de pensée pour aller fouiner chez l’autre et prendre leur envol.



DES CAS CONCRETS 
L’ IRAK DE SADDAM HUSSEIN
LA LIBYE DE MOMMAR KADDAFI
LA SYRIE DE BACHAR EL ASSAD

Certes d’autres pays ont connu la foudre de l’ancien colonisateur. Nous n’avons pas le temps de lister les peuples qui ont été victimes des agressions des puissances européennes et autres pays, mais nous avons retenu ces trois pays qui ont en commun une langue et une civilisation. Nous pouvons ignorer les vraies raisons qui ont conduit l’Amérique des Georges BUSH et la France de Nicolas SARKOZY, à vouloir rayer de la terre si non de la carte mondiale ces trois pays, précités . Cependant, quelqu’en soit le crime commis par leurs dirigeants ou le mobile qui a conduit à cet acharnement qui a valu la liquidation physique de Kaddafi et de Saddam, nous pensons et trouvons que cela relève purement et simplement d’un crime contre l’humanité.  Mais surtout au regard des seules conventions Internationales, une véritable violation des Droits humains et des lois qui régissent les guerres et qui protègent les droits des pays victimes.

Si tant il faut croire en la grandeur et à la démocratie de ces grandes puissances (qui d’ailleurs n’ont pu le devenir que grâce à nos peuples d’Afrique et d’ailleurs qui les ont sauvés, en versant leur sang) nous décelons en elles également l’instinct de destructeurs.


 



En détruisant la Libye comme ce fut le cas de l’Irak il y a plusieurs années et la guerre de la Syrie presqu’une dizaine d’années, l’Occident et les Etats Unis d’Amérique ont violé le serment le plus sacro-saint : celui des frontières qui assurent la souveraineté des Peuples. IIs ont ensuite provoqué la déchirure de ces peuples qui vivent en harmonie et en symbiose avec leurs voisins que le partage des frontières à Berlin et à Yalta avait fixées. Pour nous nigériens, tout comme pour toute la sous-région, ce fut le début d’un calvaire de nos populations qui sont livrées à cette race des tueurs de Boko Haram et autres Djihadistes bourrés d’armes sophistiquées venant du stock Libyen du Guide. Mais d’où sortent ces individus qui viennent parfois en plein jour, massacrent, pillent et s’en vont avec leurs cadavres sans s’en inquiéter ? Sont-ils protégés ? Mais par qui ? Qui sont leurs complices ? Parce qu’il y en a sans doute partout ? Comment se fait-il que dans des Etats bien organisés avec des services de nombreux de renseignements qu’on arrive à arrêter des voleurs de motos ou de vélos et que ces renseignements, aussi sophistiqués soient-ils ne puissent jamais sentir leur présence pour les localiser . Qui est ou qui sont derrière toute cette lourde et infernale machine qui broie tout sur son passage et qui comme un vampire s’envole ? Continuons à chercher parce qu’il n'y a rien de mystérieux qui puisse échapper à l’intelligence de l’homme. S'ils parlent et meurent c’est aussi parce que ce sont des êtres vivants comme nous, vous et moi. II y a sérieuses questions à se poser et qui méritent des réponses très claires, sinon au rythme où vont les choses il y a bien lieu de se demander : OÙ ALLONS-NOUS ?

NOUS DEVONS NOUS REVEILLER
La destruction de la Libye et l’assassinat de son Guide fut le début du commencement de la déstabilisation de nos pays quand on sait que nous partageons une frontière, mais un destin commun avec toute la sous-région. Une sous-région qui vit depuis sous les feux de la rampe des hommes sans loi ni foi et qui assassinent dans le dos. Comme l’ont fait ces grandes puissances avec à leur tête des Présidents qui n’avaient cure de nos vies et de notre existence. Par pré-sentiment, j’avais écrit un jour un article et dont le titre est le suivant « APRES KADDAFI, A QUI LE TOUR ? » La prochaine victime fut la Syrie où les canons continuent de tonner. Et Dieu seul sait à quand la fin pour une guerre dont on disait « éclair » et qui est à sa 8ème année.  Si nous remontons dans le temps, toutes les guerres coloniales étaient provocatrices et dans lesquelles l’Afrique fut impliquée à tord d’ailleurs. Aujourd’hui, c’est la destruction totale de notre continent qu’on cherche, je ne sais pour quel objectif ? Que ceux qui ont enclenché ces hostilités aient le courage à défaut de se présenter à la porte de la CPI, au moins de le reconnaître publiquement comme ils l’avaient décidé et fait publiquement en déversant des tonnes et des tonnes de bombes sous un déluge de feu sur l’Etat irakien, Libye et aujourd’hui encore la Syrie. Si l’on a le courage de tuer des enfants, des vieillards, des femmes enceintes ou pas, des peuples, on doit à mon avis avoir ce même courage d’affirmer sa responsabilité parce que des peuples souffrent et meurent toujours et encore de nos jours. Existe-t-il encore de nos jours une justice sur cette terre pour juger des meurtriers ? Parce que tout crime contre l’ humanité est imprescrible et s’en suivra le jugement de l'Éternel qui sera encore plus sévère et sans sursis.

NOTRE PAYS LE NIGER
S’il y a un peuple qui a subi les horreurs des répercussions de ces bombardements, ce sont bien les pays de la sous-région sahélienne avec la naissance de ces terroristes espèces de Boko Haram et des Djihadistes . En effet, l’éclatement de la Libye a créé une prolifération des stocks des armes sous KADDAFI et qui ont servi aux assassins et aux autres trafiquants de drogue de semer la terreur partout. Le Niger a su faire face à toutes ces attaques de toutes parts et nos soldats ont donné le meilleur d’eux-mêmes jusqu’au sacrifice suprême sans jamais reculer les récentes et multiples attaques des terroristes ont fait beaucoup de victimes cela naturellement dans une guerre où l’adversaire est invisible en terrain accidenté. Honneur, courage gloire et dignité à toutes ces braves FDS qui défendent de jour comme de nuit nos frontières si vastes et si poreuses. Courage également à tous les soldats des pays voisins et de la sous-région qui tiennent leurs positions malgré leur jeunesse et parfois le manque d’équipements adéquats à ces genres de combats. Nos armées nigériennes ou africaines disposent des militaires disons des gradés et Officiers issus des prestigieuses Ecoles Militaires et des Ecoles de Guerre.  IIs ont parfois baroudé dans plusieurs missions de maintien de la paix et de la sécurité. IIs sont courageux et disciplinés. Mais tout cela ne suffit pas pour contenir une guerre surtout lorsque les assaillants ne sont jamais localisés. Avec l’ennemi l’effet de surprise est un atout supplémentaire pour gagner une guerre. Nous devons surtout soutenir nos armées sur les plans matériel et moral et les accompagner partout en pensées et en prières. En chacun et chacune de nous doit se loger un soldat toujours prêt à se battre pour la République. Et cela à tous les niveaux de la société car chaque soldat qui meurt est une perte pour la Nation, pour nous tous. Et nous devront porter tous le deuil parce qu’un Etat est à l’image d’une famille où l’on partage les joies comme les peines. S’il le faut nous porterons tous le treillis ou la tenue de camouflage. Mais, heureusement que nous n’en sommes pas là. Cependant nous devons tous depuis nos compatriotes de l’Extérieur qui n’ont d’ailleurs jamais failli à leur devoir de citoyen à ceux de l’intérieur , nous souder dans une solidarité citoyenne et agissante. Notre pays et notre continent se trouvent être notre seul bien commun .

 C’est le lieu de présenter nos condoléances à toutes les familles des victimes en implorant Allah afin qu’il les reçoive dans son Royaume Eternel. Aux blessés un prompt rétablissement et qu’Allah nous prenne sous sa protection. Notre salut se trouve dans notre union panafricaine à travers une vaste chaîne de solidarité agissante. AU NOM DE LA MÉMOIRE COLLECTIVE Dans un de mes livres l’itinéraire d’un ancien combattant Diagourou,Verdun , Téra et dans une étude et une consultation que j’ai faite à un ancien ministre de la Défense, un militaire qui voulait créer un symbole à l'Armée j’avais justement proposé la création d’un cimétiaire militaire, d’un Musée Militaire et d’un Hôpital des Armées. Et j’ avais donné les raisons en y ajoutant un Monument également.  II était animé de bonne foi. En ces temps de la Renaissance j’avais également fait des propositions afin que l’actuel gouvernement démocratique remette les noms des citoyens nigériens à qui des places ou carrefours avaient été dédiés. En c’est une longue histoire républicaine. En effet à l’arrivée des militaires du CMS par la force des armées, la Constitution et ses déivés ayant été suspendus, le gouvernement légiférait par Ordonnances ou par Décrêts. Le régime étant celui d’exception. Mais, puisque ce sont des actes qui avaient autorisé la mise en place de ces noms, le pouvoir de nos jours doit les réhabiliter au nom du droit du citoyen. Mais, j’ai pensé que la Renaissance avec les nigériens auraient à gagner et à combler un vide en remettant les choses en place pour la Mémoire Collective. Mais, mieux en répertoriant les noms des nigériens de tous sexes et de toutes catégories et d’obédience à  ceux et à celles qui auraient rendu service à la Nation, on pourrait par ville ou village mettre leurs noms à des routes, des carrefours et des bâtiments ou institutions. Selon la discipline ou la fonction dans laquelle ils ont effectué leur exploit.  Les habitants de ces localités seraient fiers et seraient attachés à leur patrie. Quelle fierté de voir un parent un ami ou soi- même honoré par l’Etat. Ce qui pourrait constituer pour les nigériens la remise de l’histoire à l’endroit. C’est déjà un livre d’histoire d’écrite. Parce qu’un Etat se construit avec intelligence et avec la contribution de tout le monde. Une page d’histoire qui pourrait s’intituler "Notre histoire commune", par exemple ou à la Découverte de notre pays , notre beau pays le Niger ( d’après Andrée CLAIRE )

Par Dr Abdoulaye HASSANE DIALLO




Imprimer E-mail

Idées et opinions